C’est tout naturellement que nous nous sommes ensuite dirigés vers Semporna pour découvrir l’île de Sipadan véritable lieu de pèlerinage pour les plongeurs du monde entier.

En effet, les fonds marins s’arrêtent brutalement au milieu de la mer des Célèbes pour offrir un mur de coraux où vient s’empiffrer toute la faune marine des alentours (tortues, requins compris). Malheureusement, la réalité de Semporna est toute autre.
Ville pauvre et totalement dépassée par le développement touristique de la région, incapable de gérer l’expansion de l’industrie plastique, les locaux ont transformé les lieux en poubelle géante. L’odeur est nauséabonde et les détritus s’amoncellent par milliers sur les bords de mers sans que cela semble gêner qui que se soit.

Paradoxalement, la plongée, même à des tarifs exorbitants, est en plein essor. On choisit raisonnablement et un peu à contre-coeur d’y renoncer et de s’offrir une journée masques et tubas sur la minuscule île de Mantabuan. Le cadre est idyllique, la mer presque trop limpide.

Limpide Saut de l'Ange

Et même si les fonds marins ne sont pas au diapason du paysage (on devient exigeant avec le temps), on patauge comme deux marsouins. On croise les fameux gitans de la mer de Bornéo qui construisent leur hutte sur pilotis en plein milieu de l’océan.
Ces mêmes gitans qui sont ici aussi accusés de tous les maux des littoraux.

Un peu Grunge Les gitanes de Mantabuan

Nous descendons carbonisés du bateau, dans quelques jours, on changera de peau.