Cinq mois.
J’ai patienté cinq mois avant de savoir où je partais la nuit de mon 34ème anniversaire. J’ai eu beau retourner tous les pseudos cailloux laissés ça et là, elle avait maquillé toutes les pistes. Ayant franchi l’ultime étape des 3 questions pour découvrir la fameuse destination, j’avais le droit d’exulter : nous voilà en route pour N.Y.C baby !

Day 1 : Bougies & Graffitis

Hébergés dans un premier temps à Astoria chez la cousinhue et jetlag oblige on se réveille comme des fleurs à 6h du mat’ frais comme des gardons avec des fourmis dans les pattes. On décide de sillonner Brooklyn et notamment le quartier arty de Bushwick. Le ciel d’un bleu d’enfer en miroir des façades bariolées de graffitis.
Nous avons trainé nos godillos sur près de 20km quand nous rejoignons Manhattan et Times Square pour fêter dignement mes 34 bougies accompagnés de nos hôtes et de 2 invités surprises de passage dans les parages. Le dessert surnommé Le Titanic, fidèle à sa réputation finit par nous couler tous les 6.

Day 2 : Gospel & Fumisterie

A peine levés, nous prenons la direction de Harlem pour assister à une messe dominicale bondée animée par un révérend à la gouaille d’acteur et au sourire ravageur. Les fidèles tous endimanchés semblent épris d’un immense bonheur sincère qu’ils tentent de nous faire partager à travers de chaleureuses étreintes. Si on occulte les incessantes allégeances à Dieu Le Miséricordieux, ce fut un moment fort presque aérien.
On fait ensuite le choix de visiter le musée Guggenheim, bien mal nous en a pris. L’édifice est certes étonnant mais la visite se résume elle à une vingtaine de toiles et des fagots de bois disséminés ça et là.

Day 3 : Chaleur & Chinoiseries

Nous nous rendons désormais dans le cœur de la trépidante Chinatown, du bruit, des odeurs, des couleurs, des mets fumants, des porcs ambulants. On se laisse porter par nos pieds déjà émoussés pour trouver une trêve bien méritée dans le Washington Square Garden. Dorés par la lumière, bercés par un groupe de Jazz asiatique.

Day 4 : Église et Terrier

Après une nouvelle virée dans Manhattan (High Line et Grand Central Terminal), on rejoint notre AirBnB dans le cœur de Brooklyn dans Williamsburg (Bedford Avenue). Notre nouvelle maison est située ni plus ni moins dans une ancienne église. Holly Shit ! Loft partagé décoré avec goût. Lucky man. I’m a lucky man.
On découvre un quartier surprenant où il fait bon vivre, animé par un joyeux bordel artistique. La palme revient à Pink Louds, sorte de Philippe Katerine travesti avec plus de talent et en moins flippant ! On termine cette délicieuse soirée dans un restaurant raffiné : The RabbitHole que je vous recommande les yeux fermés.

Day 5 : Fête foraine & Géants

On arrive frigorifiés à Coney Island, forcément en maillot comme 2 touristes mal renseignés. Le parc d’attraction mythique, balayé par le vent et la brume, est en pause comme figé par une tempête polaire. Seule une petite partie a été privatisée par des centaines de petits écoliers Loubavitchs aux papillotes qui s’agitent de toutes parts en hurlant. Il ne manque que le maléfique cocher de Pinocchio !
On quitte la fraicheur de l’Océan pour traverser le mythique Brooklyn Bridge avec la grandiose SkyLine de Manhattan à l’horizon. On a bien mérité notre pichet de Brooklyn Lager et nos pièces de boucher argentines sur lit de Malbec au El Almacen (que je recommande chaudement).

Day 6 : Huîtres et Tattoo

Nous nous réveillons un peu pintés et les nuages qui ont fait leur apparition n’incitent pas à nous dynamiser. Nous déambulons au gré des boutiques de fripes vintage et de fil en aiguille, le but de la journée se profile : Chacha va se faire tatouer !
Le premier salon est le bon. Rassurée par une ambiance chaleureuse, elle passe enfin le pas et c’est avec soulagement qu’elle découvre le résultat.

Pour fêter tout ça, on s’octroie un délicieux moment agrémenté d’huîtres et de vin blanc. Ah oui, je ne l’avais pas encore précisé mais vous l’aurez compris : pour profiter de New York, il faut savoir accepter de revenir le crapaud plus léger…

Day 7 : Vélo et Souvenirs

Après un détour par Wall Street et par le Mémorial très solennel des attentats du World Trade Center, on profite du soleil radieux pour enfourcher nos vélos et découvrir les vertes allées de Central Park au ralenti.

Ainsi s’achève notre douce parenthèse New Yorkaise (merci encore) et je confirme : on ne peut qu’aimer cette ville. Autant de diversités culturelles, architecturales, vestimentaires, musicales, climatiques & religieuses. Du bruit, de la démesure, des artistes, des couleurs, des saveurs, des terrasses, chacun devrait pouvoir y trouver une petite place.