Après le Vietnam, le changement est radical. Des pics à 44° dans l’après-midi, des Cambodgiens curieux et tendres, presque doux aux baisers et un rythme qui s’est profondément ralenti. Pour la première fois depuis trois mois, on découvre la paresse. Du botaniste Mouhot à Malraux, on découvre sur le tas l’histoire de Pol Pot et ses frères, tous, ex-petits étudiants parigots. Cette horreur trop récente qui a touchée tous les Cambodgiens sans exception, il y a de cela moins de quarante ans. Sous un soleil de plomb, on se fait violence en pédalant dix bornes entre chemins de terre et champs de nénuphars. On partage le pain après avoir été invités à une bénédiction de moines bouddhistes. Rejoints par Sissy et Arnaud encore couverts de neige, on s’aventure dans les ruines d’Angkor. C’est Lin, génial petit chauffeur de Tuk Tuk (que je recommande à tous : angkortransport@yahoo.com), qui assure la…Continue Reading
Trimballés pendant 24h dans tous les sens comme dans le tambour d’une machine à laver, on est largué à Sapa, petite ville sympa paumée dans les montagnes au nord est du Vietnam. Il est 6h du mat’. On fait peur. Cernés jusqu’au menton, ébouriffés et aussi propres que des vagabonds, on remarque à peine le lever du jour magistral pour aller dévorer bestialement un petit déjeuner « A la franchaise » tout aussi magistral. Repus et apaisés, on tombe sous le charme de cette charmante bourgade peuplée de Hmongs. Les hommes sont dans les champs, les femmes charment le touriste. Étonnamment elles manient la langue de Shakespeare mieux que quiconque en Asie. On est sollicité tous azimuts mais enfin avec humour et ça, ça change tout… En bons épicuriens, on prend le temps de profiter du calme des montagnes. On se lie d’amitié avec Chi petite maman Hmong au caractère…Continue Reading
Pas de round d’observation, on est lâché à Saïgon dans le délirant quartier de Pham Ngu Lao. Du bruit, des odeurs, des Viets, des touristes, des deux roues. Partout. Véritable fourmilière à ciel ouvert. Après avoir récupéré Elsa, blanche comme un chou-fleur, on décide de sillonner Saïgon en long en large et en travers. Les marchés où s’agitent encore les anguilles pêchées dans la matinée, en passant par les musées et les ruelles oubliées, sans pour autant oublier d’aller engloutir un bon bol de Pho. Étranges paradoxes que de voir notre présence susciter tantôt l’indifférence totale et l’instant d’après un attroupement de vendeurs cupides et insistants. Quelle fatigue de toujours faire attention à ne pas tomber dans le panneau tendu systématiquement. On a apprit que dans certains marchés, on était distingué par un code couleur en fonction de notre degré de « pigeonnade » : lors de vos achats, si le vendeur vous a particulièrement bien arnaqué,…Continue Reading
C’est tout naturellement que nous nous sommes ensuite dirigés vers Semporna pour découvrir l’île de Sipadan véritable lieu de pèlerinage pour les plongeurs du monde entier. En effet, les fonds marins s’arrêtent brutalement au milieu de la mer des Célèbes pour offrir un mur de coraux où vient s’empiffrer toute la faune marine des alentours (tortues, requins compris). Malheureusement, la réalité de Semporna est toute autre. Ville pauvre et totalement dépassée par le développement touristique de la région, incapable de gérer l’expansion de l’industrie plastique, les locaux ont transformé les lieux en poubelle géante. L’odeur est nauséabonde et les détritus s’amoncellent par milliers sur les bords de mers sans que cela semble gêner qui que se soit. Paradoxalement, la plongée, même à des tarifs exorbitants, est en plein essor. On choisit raisonnablement et un peu à contre-coeur d’y renoncer et de s’offrir une journée masques et tubas sur la minuscule…Continue Reading
La première étape de notre périple sur Bornéo nous emmène aux pieds du mont Kinabalu fort de ses 4095m d’altitude. On constate dès la sortie de la carlingue de l’avion que le climat est beaucoup plus moite que sur la Malaisie continentale; d’ailleurs on arrive sous des pluies torrentielles au « camp » de base afin de préparer notre ascension. Et là, doux Jésus, les prix sont quasiment multipliés par 10 par rapport à ceux indiqués dans notre petit Futé pas si obsolète… Après quelques tergiversations, rassurés par la météo radieuse prévue pour les 2 jours suivants, nous décidons de tenter l’aventure. On nous colle un guide commis d’office, le dénommé Buddy ; autant être honnête, c’est le guide le plus médiocre que la Terre n’ait jamais portée. Non anglophone, voire muet. Perd ses 2 clients lors d’une pause. Préfère foncer au refuge plutôt que de suivre notre rythme bucolique. Ne cille…Continue Reading
Retour urbain après avoir largués nos 3 zigomars. A notre tour d’être parachutés en terre inconnue sur l’île de Penang en Malaisie, classée en 2008 patrimoine mondial de l’UNESCO et une des dix îles à voir avant de mourir > Lien La brise marine a disparu et la chaleur caniculaire nous plonge dans une certaine torpeur. On déambule dans Georgetown tantôt émerveillés par des façades multicolores émiettées, vestiges du passé, tantôt désarçonnés par d’horribles cités délabrées. Le peuple malais est souriant, très accueillant et les touristes beaucoup moins présents. On décide de patienter jusqu’au 27 pour célébrer le festival de Thaipusam en visitant l’un des plus grands temples d’Asie : Kek Lok orné de près de 300 000 lampions chinois en prévision du nouvel an. Arrive Thaipusam où l’on commémore la naissance de Murugan, fils guerrier de Shiva et Parvati amené à unir les dieux pour vaincre les démons. Des…Continue Reading
Après le facétieux épisode de maman blatte, on arrive à Krabi histoire de nous délecter de ses 40° à l’ombre, le vent vivifiant des îles en moins. Séjour de courte durée, car on succombe aux appels de la célèbre Koh Lanta. Chevauchant nos fidèles montures à deux roues, on arpente sereinement l’île du nord au sud : villages de pêcheurs, araignées grosses comme une main, randonnées moites dans la jungle, varans protozoaires et cocktails on the beach… rien de tel que de se faire masser une heure sur la plage pour récupérer de ces rudes épreuves. Petit bémol : évitez le massage thaï et choisissez vos masseuses : les coudes et les genoux sur les omoplates, j’ai connu plus tendre… Mention spéciale à Sandy qui a hérité de mémé masseuse borgne. So sex. A peine le temps d’entrapercevoir les beautés de l’île, qu’on repart pour un tour : direction la…Continue Reading
On continue notre escapade thaïlandaise avec délice. Après la déception Koh Samui, nous voilà chez un ami d’enfance à Sandy au smile Hinkong Resort, face à l’océan, dans l’agréable île de Koh PhanGan (prononcez « PanGaaaan »). Tout le monde se déplace en deux roues et semble s’accomoder de cette paisible vie à trente à l’heure. Les plages sont toutes plus magnifiques les unes que les autres et l’île a gardé un côté sauvage qui n’est pas pour nous déplaire (seule la côte a pour le moment été colonisée), le centre n’étant qu’une vaste jungle traversée par un unique sentier caillouteux accessible en scooters mais réservé aux plus téméraires (bravo Sandrine !). On s’échappe une journée en voilier pour aller visiter le marine park et son célèbre lagoon, hélàs, encore une fois, petit Confucius, on se retrouve serrés à 60 maquereaux dans un mini paquebot cerné lui-même par une dizaine de bateaux.…Continue Reading
Bonne année à tous et merci à tous pour vos chaleureux messages ! Trois jours de détente (peace-love-smile) dans le monastère de Shechen suivirent l’éreintant trek Tamang (vraiment « Dude » de se faufiler entre les bonzes) et direction la Thaïlande et Bangkok ! Autant vous dire, le choc Paris – Katmandou n’est rien comparé à Katmandou-Bangkok. 39°C dans l’après-midi, une effervescence toute aussi folle et une humidité constante (Moiteland). Après plusieurs difficultés (garde Thaï ultra nerveux, chauffeur taxi apprenti), c’est avec un plaisir non-dissimulé qu’on retrouve Sandrine et BenJ, nos 2 nouveaux acolytes. J’ai bien mérité ma petite soupe de poisson-chat sur-épicée ! Objectif n°1 : rejoindre le soleil et l’île paradisiaque de Koh Samui pour le nouvel an. Trop easy ! – Trouver une agence de car pour laquelle il reste encore des places en vagabondant dans Bangkok – Flâner à Khaosan et se délecter de petites brochettes de scorpions laqués pour…Continue Reading
On l’a fait ! Avant toute chose, je tiens à nous autoféliciter pour avoir repoussé aussi loin nos limites physiques mais surtout mentales. En effet, nous sommes des trekkers débutants mais encore plus quand on parle de trek de 10 jours! Il faut pouvoir gérer son stress, la maladie (rhino + Tourista), l’absence d’hygiène (1 douche pendant le trek, l’homme devient ours, les fées, fennecs , le froid (l’eau gelait dans les chambres), les courbatures, et presque le plus difficile : la même nourriture au petit déj, la même nourriture le midi et le soir… Vous avez le cornélien choix entre le célèbre Dal Bhat (riz+lentilles+spinachs), les noms moins célèbres MoMos (ravioles aux spinachs) et les cultissimes soupes de noodles… Oubliez viandes et vins rouges équipez-vous de vos pastilles purificatrices d’eau, lacez vos godillos et c’est parti pour le trek de l’Héritage Tamang ! 1er jour – Jeep (Katmandou – Syabrubesi) 6…Continue Reading