Trimballés pendant 24h dans tous les sens comme dans le tambour d’une machine à laver, on est largué à Sapa, petite ville sympa paumée dans les montagnes au nord est du Vietnam.

Il est 6h du mat’.
On fait peur.
Cernés jusqu’au menton, ébouriffés et aussi propres que des vagabonds, on remarque à peine le lever du jour magistral pour aller dévorer bestialement un petit déjeuner « A la franchaise » tout aussi magistral.
Repus et apaisés, on tombe sous le charme de cette charmante bourgade peuplée de Hmongs.

Les hommes sont dans les champs, les femmes charment le touriste. Étonnamment elles manient la langue de Shakespeare mieux que quiconque en Asie. On est sollicité tous azimuts mais enfin avec humour et ça, ça change tout…

Siamoises

Siamoises

Crin Hmong

Crin Hmong

En bons épicuriens, on prend le temps de profiter du calme des montagnes.

On se lie d’amitié avec Chi petite maman Hmong au caractère bien trempé qui nous propose un trek hors des sentiers battus jusqu’à son village. La météo capricieuse dissuade Elod et Sandy, je pars donc avec Elsa à la découverte du pays Hmong, peuple de paysans pauvres et souriants.
Pour ça, on en a vu des gencives !

A découper au couteau

A découper au couteau

Rempotage

Rempotage

On revient juste à temps pour monter dans le bus qui doit nous emmener directement dans la Baie d’ Ha Long.

Le Vietnam d’ouest en est pour 15h dans le car de l’enfer.
Imaginez-vous 15 heures dans un car sur une couchette trop petite (même pour moi), encerclé par un homme ivre mort, malade comme un chien et une vietnamienne qui vomit bruyamment toutes les 7 minutes. On a frôlé la démence. Heureusement, on est réveillé par un soleil radieux.

Portés par les flots, on zigzague dans la légendaire baie d’ Ha Long pour accoster sur Cat Ba Island et fuir ainsi des meutes de touristes. !
Futé.
En effet, on se retrouve le lendemain seuls dans une coquille de noix à naviguer à travers la baie de Lan Ha.
Tout simplement époustouflant.

Mémé embarque

Mémé embarque

BIM !

BIM !

Fisherman

Fisherman

Côte sauvage et perdue

Côte sauvage et perdue

C’eut été dommage de quitter l’Asie sans ces paysages qui mettent Avatar à l’amende.
Passage éclair à Hanoï pour fuir à nouveau – on devient allergique à tout ce qui ressemble un peu trop à une ville – : direction Cam Toc, petit village entouré de rizières par centaines que l’on parcoure gratuitement, à bicyclette.

Instant

Instant

On enlace une dernière fois Elsa et Elod qui furent de merveilleuses compagnes d’aventures.

On s’envole ce soir pour le Cambodge.

L’aventure continue…