3ème étape : la Côte Ouest

Nous reprenons la route sous un déluge sans nom dans un brouillard à découper au couteau. Les trombes d’eau ne font que s’intensifier et rapidement des cascades apparaissent de toute part de la route.
Le spectacle est à la fois fascinant et un peu stressant. Les rivières d’un bleu laiteux sont devenues marronnasses et des éboulis de boue et de rocailles encombre déjà certaines parcelles de la seule route qui nous conduit au sud…

Le moral est clairement au plus bas en milieu d’après-midi mais comme par magie, une éclaircie pointe le bout de son nez pile au moment où on arrive aux Pinnacles, phénomène géologique à flanc de falaises balayées par le vent et les vagues de la mer Tasman.

On décide de stopper la Crazy Pumpkin et profiter des rayons pour se faire un apéro on da beach. Seuls au monde…

L’apéro aidant, on n’a senti ni le vent, ni le froid.
Résultat : on se réveille enrhubés et balades. Il meule et les averses se multiplient. Entre 2 éclaircies on part à la recherche de ce fif de kiwi. Animal nocturne certes, mais qui semble davantage relever du mythe que de la réalité. Peut-être qu’ils ont tous été bouffés par ces maudites sandflies…

On termine la journée par une randonnée qui nous permet d’accéder au glacier Franz Joseph, véritable mur de glace, amené à disparaître rapidement…

4ème étape : les lacs

Réveillés aux aurores, on remet la machine en marche : rando à 7h du mat’ autour du lac Matheson : recouvert d’une fil pellicule qui crée un véritable miroir entre ciel et terre. Le silence rend le spectacle magnifique et pour nous récompenser de cette petite marche nocturne : petit breakfast en terrasse face au mont Cook.

On reprend le volant pour un slalom entre les lacs au noms Maoris : Peringa, Wanaka et Hawea. Leurs eaux sont plus bleues que le ciel et les bourrasques envoient valser des vagues à flanc de montagne.

On évite de peu la panne d’essence grâce à la pugnacité de notre valeureux destrier. Première douche depuis 5 jours (2 pour Lilou). Fini les odeurs de sheep dans le van, nous v’là parés pour affronter le sud et ses fjords majestueux…