Pas de round d’observation, on est lâché à Saïgon dans le délirant quartier de Pham Ngu Lao.
Du bruit, des odeurs, des Viets, des touristes, des deux roues.
Partout.
Véritable fourmilière à ciel ouvert.

Ho Chi Minh

Ho Chi Minh

Après avoir récupéré Elsa, blanche comme un chou-fleur, on décide de sillonner Saïgon en long en large et en travers. Les marchés où s’agitent encore les anguilles pêchées dans la matinée, en passant par les musées et les ruelles oubliées, sans pour autant oublier d’aller engloutir un bon bol de Pho.

Étranges paradoxes que de voir notre présence susciter tantôt l’indifférence totale et l’instant d’après un attroupement de vendeurs cupides et insistants. Quelle fatigue de toujours faire attention à ne pas tomber dans le panneau tendu systématiquement. On a apprit que dans certains marchés, on était distingué par un code couleur en fonction de notre degré de « pigeonnade » : lors de vos achats, si le vendeur vous a particulièrement bien arnaqué, il vous remet un sac d’une couleur donnée et ainsi permet à tous ses petits camarades de vous localiser en tant que pigeon number one… Chaque prix doit être négocié, si cela ce fait à posteriori, vous êtes marrons.

J’ai par exemple testé le coupe-tif de Saïgon qui affichait allègrement la modeste somme de 25 000 dongs sur son salon (1 euro). Au moment de payer, le prix a subitement doublé. Je l’interpelle poliment en lui désignant le prix pour tous affiché en rouge et là, benoîtement et en toute sérénité,  il m’apprend que ce prix ne s’applique qu’aux bébés … Dur de rebondir.

Cache cache

Cache cache

Malgré tout l’effervescence qui règne dans cette ville traversée de millions de scooters est vivifiante et on apprécie l’ambiance de joyeux bordel qui s’en dégage.
Rejoints par Elod,on décide de s’exiler à Phu Quoc, petite île à l’extrême sud du Vietnam où l’on rencontre un charmant petit groupe de français avec qui on s’est aventuré dans une mémorable excursion en moto à travers la jungle, les plages et les villages de pêcheurs. Ambiance farniente, apéros et gambas grillées…

Pêche

Pêche

Miam Miam

Miam Miam

Burinée

Burinée

T'as pas vu ma dent ?

T’as pas vu ma dent ?

La suite de l’aventure est éprouvante : taxi + bateau + minibus + moto pour atteindre Chau Doc pour descendre le delta du Mékong par voie fluviale.
Dix heures de bateau rustique à partager le quotidien d’une famille de « routiers » vietnamiens pour rejoindre Can Tho, à se faire saluer par tous, échanger des sourires et slalomer dans les méandres de ce fleuve aux rives foisonnantes.

Et si, pour apprécier le tourisme au Vietnam, il ne fallait tout simplement pas fuir les touristes ?