Partir en Nouvelle-Zélande,  de l’autre côté du globe, ça se mérite.

Sur le papier c’est 35h.
Paris > Dubaï
Dubaï > Sydney
Sydney > Christchurch.

Finalement, ce sera 41h.
Paris > Dubaï
Dubaï > Bangkok
Bangkok > Sydney
Sydney > Christchurch.

Retard, avion raté, 6 heures de plus au compteur, on arrive à 22h à Christchurch, hébétés et malodorants.
Quand ce sacré Lyndon -propriétaire de notre van-, rebaptisé « Crazy Pumpkin », nous susurre l’idée de dormir dans son jardin et surtout de pouvoir nous doucher, on saute sur l’occasion. Pas de jet lag, on s’endort lourds comme des enclumes.

Lyndon, incroyable retraité qui paraît 35 ans, ultra sportif, sourire ultrabright et peau dorée comme un abricot (quel bel homme), a pensé à tout, le van est sur-équipé et douillet à souhait.
On prend la route, avec notre Crazy Pumkin, flashy et m’as-tu-vu en vert pétant. Il n’a pas le mode turbo mais avec ses 267 000 km au compteur, cet ancien camion légume roula sa bosse, sûr de sa force, comme une vieille tortue.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

1ère étape : Kaïkoura
Après le ravitaillement, direction la côte est, ses plages de sable noir et sa faune marine alléchante.
Les routes, les collines, les montagnes sont parsemées de sheeps. Des champs entiers de sheeps disséminés à perte de vue, petites boules de laine en forme de champignons.
Le temps est changeant et les plages de sable noir sont vides et infinies. Seule une immense langouste échouée nous rappelle que des êtres vivants peuplent cette île !

Petit pic-nic avec nos désormais compagnons de route : les sandflies ! Saloperies de bestioles qui par dizaine, vous sucent le sang dès qu’elles en ont l’occasion.
En repartant on tombe nez à nez avec une colonie de phoques presque dociles. J’ai donc voulu les caresser mais ces gros mâles n’étaient visiblement pas enclins à un petit câlin entre hommes. On termine cette première journée chargée par un BBQ de langouste face à la mer.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

2ème étape : Abel Tasman
On reprend la route pour rejoindre le nord et ses îles paradisiaques dans le Parc naturel d’Abel Tasman. La route est fantastique entre montagnes, sheeps, rivières, sheeps et forêts. Le soleil est enfin au rdv, picnic dans la rivière, on commence à cuire. Le rêve.
On arrive en soirée dans cette côte d’Azur néo-zélandaise pour le paquet de cigarettes est à 22€ et le stationnement à 40$… On choisit de vivre comme des renégats cachés dans l’ombre d’un arbre. Seuls.
Seuls, avec ces fif de Sandflies.
On part le lendemain matin en bateau pour être déposés sur une petite crique où l’eau est émeraude et le sable doré. C’est parti pour une belle petite marche de 7h.
Petite balade entre lagons, végétation luxuriante entrecoupées de courtes baignades plus que fraîches.

On finit sur les rotules mais la perspective de prendre une douche (même payante) est la plus belle carotte qui soit pour nous aider à terminer cette belle rando.

Nous revoilà frais comme des gardons, on sent bon le magnolia et on repart affronter nos potes Sandflies pour des aventures sur la côte Ouest qui s’annoncent passionnantes…